Les Enfants du Romanestan  
    Moris Farhi  
    Collection "d'un lieu l'autre"  
    Traduit par Martine Chard-Hutchinson et Agnès Chevallier  
    14 x 22 cm  
    448 pages  
    Dos carré collé  
    EAN : 9782358480505  
    prix indicatif : 24.00 €  
    Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre et du Conseil régional d'Auvergne  
    Octobre 2016  
 
       
Résumé  

 

Une fable noire, enchantée aussi, sur l’épopée d’un peuple qui renaît toujours de ses cendres, celui des Tziganes d’Europe orientale nourris de l’âme de la Nature. L’histoire de Branko, orphelin rescapé du Porajmos – le génocide gitan – et bientôt confronté au nettoyage ethnique de la Roumanie de Ceausescu. Moïse des temps modernes, il prend la tête d’un exode périlleux vers un mythique Romanestan, accomplissant la prophétie qui lui a été dictée.

Ce grand roman populaire, historique et légendaire pose aussi la question, toujours vive, de l’identité : qu’est-ce qu’être un Gitan, qu’est-ce qu’être un gadjo ? Mieux vaut devenir qui on est plutôt que de vouloir être quelqu’un d’autre, fait entendre Moris Farhi dans cet hymne à la vie sacrée, fraternelle, charnelle.


Moris Farhi, né en 1935 dans une famille juive de Turquie, vit depuis 1954 en Angleterre. D’abord comédien, il s’est tôt tourné vers l’écriture en langue anglaise de scénarios pour la télévision, de pièces de théâtre, de poèmes et de six romans qui explorent des pages sombres de l’Histoire contemporaine.

Dernière de couverture


« Une véritable épopée tzigane. (…) L'auteur, toutefois, est sans illusions sur l'avenir des Roms. Dans ce roman vivant, bien traduit et plein de surprises, il cherche à éveiller les consciences et à changer notre regard, avec une grande culture, une indéniable poésie et beaucoup d'humour. »
Jean-Paul Champseix. Extrait de son article « Le roman du Romanestan », paru dans le n°21 d'En attendant Nadeau. Lien avec l'article intégral .

Une note de Natalie Levisalles dans Libération (8 octobre 2016) .
• Cette fable noire revient sur le sort réservé au peuble tzigane, du Porajmos (le génocide gitan) au nettoyage ethnique de la Roumanie de Ceausescu. (…) Un livre qui pose la question de l'altérité, de l'identité, dans cette Europe aux frontières fracturées par les conflits du XXe siècle. »
Matthieu Villeroy de Galhau (Centre-France, 02-12-2016 )