Le Journal de la Commune  
    Eloi Valat  
    Collection "d'un regard l'autre"  
    Préface de Jean-Marie Borzeix  
    23 x 30 cm  
    152 pages  
    Dos carré collé cousu  
    parution : octobre 2007  
    EAN : 9782912019677  
    prix indicatif : 24.00 €  
    Ouvrage publié avec le concours du Conseil régional d'Auvergne  
    Disponible  
 
       
Résumé  

 

Sous la Commune, le Journal Officiel continue de paraître. Rédigé par les insurgés, chaque numéro, du lundi 20 mars au mercredi 24 mai 1871, réunit des textes officiels (décrets, arrêtés…) et non officiels (faits divers, dépêches, nécrologie…). À partir d’extraits, Eloi Valat a conçu quelque soixante-dix images/affiches qui offrent, de ces deux mois de révolution, un panorama d’une « prégnante actualité » Libération.


« Les planches d’Eloi Valat donnent à voir une révolution au quotidien, dans sa banalité lyrique, héroïque et tragique. L’artiste s’intéresse au peuple dans sa diversité d’alors : artisans, ouvriers, journalistes, enseignants, jeunes “bacheliers”. Un travail voué au passé et d’une modernité époustouflante ».
Extrait de la préface de Jean-Marie Borzeix

30 mars
« Un bel ouvrage, avec des textes étonnants et de très belles planches, marquées par la couleur, qui montrent des anatomies torturées, des personnages souvent déglingués, dépenaillés. On sent une révolution en marche, une fébrilité, la dimension du combat et l'omniprésence de la mort. » « Ces tableaux dévoilent le quotidien des communards, ils donnent aussi une couleur de l'époque. »
La Fabrique de l'histoire, France Culture.

Emmanuel Laurentin, avec Pascal Ory, Nancy Green et Fabrice d'Almeida


« Quand un graphiste, amoureux fou de l’histoire de la Commune de Paris, ne résiste pas à la tentation de traduire en images le Journal Officiel de la République française, publié pendant ces deux mois – du lundi 20 mars au mercredi 24 mai 1871 –, cela donne un livre d’histoire original, où se côtoient des textes rédigés « à chaud et dans l’urgence » par les insurgés — où, entre les lignes, Paris murmure de mémoire communarde —, et 69 « images d’Épinal » modernes, jubilatoires, d’Éloi Valat.[…] En regard des textes, l’illustrateur fait renaître d’un trait de plume, noir, incisif, rehaussé de couleurs‚ sourdes, les silhouettes de personnages ordinaires, souvent méconnus et oubliés, tous ces «héros d’un jour », artisans, ouvriers, enseignants, bacheliers, journalistes, fédérés. Peu de célébrités sont représentées à l’exception notable d’un Jules Vallès, auteur de l’Insurgé, ou d’un Courbet.[…] Éloi Valat dresse le récit officiel de la Commune à sa manière singulière, ironique et tendre, en proposant ses propres images d’Épinal, celles qui n’ont pas été imposées par les vainqueurs. »
Témoignage chrétien n°3277 du 29 novembre 2007, par Françoise Perchenet

« Du premier texte, un appel au peuple de la Garde nationale, le 20 mars, au dernier, relatant les actes héroïques des citoyennes de Montmartre, c'est une révolution au quotidien que nous dépeint Eloi Valat qui, mieux qu'illustrer, nous raconte en quelque 70 planches, une histoire que nous n'avions, au sens propre du terme, pas vue. »
L'Humanité du jeudi 13 décembre 2007

« Il convient de saluer la force de cette œuvre. L’histoire, quelle que soit la période considérée, a rarement été "sentie" avec une telle acuité. À sa manière, ce volume illustre qu’histoire et arts ont tout à gagner à se confronter. […] Ce qui est convoqué par Éloi Valat, c’est l’événement-Commune, via le prisme de la "grande" comme la "petite" histoire. […] L’événement est perçu et représenté dans toute sa violence, ce dont témoignent à la fois le trait propre à Eloi Valat et le choix d’une palette de couleurs plutôt sombres, sans dégradés, avec des juxtapositions franches. […] La composition, le trait, l’intention font à l’occasion penser à Dix, Beckmann ou Grosz. »
Jean-Claude Caron, La Revue d'histoire du XIXe siècle.
Lire l'intégralité de l'article

Une exposition est à l'origine de la publication de l'album Le Journal de la Commune.
Produite par Paris bibliothèques, elle fut présentée pour la première fois à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris au printemps 2007. Cette exposition originale est toujours proposée à la location par Paris bibliothèques. Pour en savoir plus .


Eloi Valat dessine “l'autre actualité” sur le site du journal Libération.


« Un livre bleu — et rouge — autour — et rouge — dedans. Mille mercis communalistes à Éloi Valat pour avoir « écrit » ce livre, ces livres. »
Michèle Audin à propos de L'enterrement de Jules Vallès
(blog La Commune de Paris , 4 juin 2016)