Paris-Montpellier-Paris

Mai 2022

Je vais au Palais de la Porte dorée pour un entretien au Salon LittExil avec Alexis Nouss. Marie Poinsot, directrice de la revue Hommes et Migrations, a invité Patrice Rötig, directeur des éditions Bleu autour, et moi.

Une manifestation dans l’avenue Daumesnil. Des fidèles évangéliques antillais et africains brandissent des pancartes « Jésus vous aime ». Ils crient au son des tambours : « Jésus vous aime. » L’un d’eux s’avance vers moi : « Jésus t’aime. » Je lui dis : « Ni Dieu ni Maître. » Il se sauve comme s’il avait vu le diable.

Quelques jours plus tard, à Montpellier, « Rencontres Algérie 1962 », avec Éric Soriano (père espagnol né en Algérie, je crois, mère cévenole). Je parle de ma nostalgie du pays de ma naissance, l’Algérie inconnue, et de mon père, l’Algérien inconnu, l’étranger aux yeux bleus, l’étranger bien-aimé.

Éric Soriano a les yeux bleus. On s’amuse, comme avec Alexis Nouss. C’est grave et joyeux. Avec Nathalie Gandreau on a dîné au Restaurant du Théâtre, magnifique. On a bavardé, on a ri.

Je vais au Café Riche, sur l’esplanade de la Comédie. Les serveurs portent une marinière. J’entends des chansons italiennes. Émotion, je ne sais pas pourquoi. Je lis un article sur le milliardaire assureur et pédophile qui séquestre ses esclaves sexuelles avec la complicité de sa femme. Il les prostitue à des hommes d’affaires dans des partouzes. J’écrirai une nouvelle où il sera sauvagement assassiné par ses jeunes victimes.

Montpellier 25 mai

Au premier soleil, sur la place de la Comédie, les adolescentes marchent ensemble, leggins et crop-tops, godillots militaires noirs, collant serré, la raie marquée derrière et devant, ventre et nombril nus, provocantes bien sûr, si j’écris pousse-au crime ou pousse-au viol on me traitera de moraliste ou de conservatrice… ou salafiste… « Une féministe… c’est la honte d’écrire ça. »

Il y a quelques décennies nous avons crié dans les rues « Notre corps nous appartient… » et aujourd’hui des adolescentes s’affirment libres parce qu’elles prennent la rue pour un terrain naturiste. Parce qu’elles adressent des signes obscènes à des passants médusés. Où est le désir, où est le charme de la séduction ? Prostitution précoce à l’usage des pédophiles avides de chair fraîche offerte, consentante. Qui dira le contraire ?

Paris 30-31 mai

Le même soleil. Les mêmes adolescentes, les mêmes leggins, les mêmes crop-tops, les mêmes godillots.

Vivement l’hiver. Vive l’hiver.

Facebook
Twitter
LinkedIn

RUBRIQUES

BLEU AUTOUR

38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45

 

SARL au capital de 134 000 €
Siret 349 574 251 00030
APE : 5811Z
TVA : FR 87 349 574 251

Ce site est édité avec le concours de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Création, réalisation & photographies de

Philippe Busser

La lettre

Inscrivez-vous à la lettre d’informations pour recevoir l’actualité des parutions et des rencontres avec les auteurs.

Panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous