La chambre aux pommes

Collection

Une photo datée de 1939. Sur une plage de la Baltique, trois enfants blonds, ceux de Curt et Dora Hinneburg. On devine un drapeau nazi. Bientôt, la guerre. Curt est en France, soldat puis prisonnier, jusqu’en 1947. Dans sa saisissante correspondance, tout son être demeure près des siens, s’accroche à eux. Mais la séparation s’éternise, quand survient « la » lettre de Dora, juste avant son retour en Allemagne de l’Est. De là, leur fille Traute fuit en 1950 à Hambourg puis en France, où elle donne naissance à Florence. Laquelle n’apprendra pas la langue de sa mère. Elle aurait même, pour un peu, oublié qu’elle porte le nom de Traute, si celle-ci ne venait pas de lui abandonner les archives de Curt. Florence Hinneburg s’empare alors aussitôt de cette mémoire. Avec son langage, la gravure : elle imprime sa présence – son absence, aussi – sur la lettre de Dora, les enfants blonds, les paroles de Curt… « Cette histoire, je l’ai écrite comme j’aurais aimé qu’on me la raconte, je n’ai pas cherché à reconstituer la vérité. » Elle y vient, pourtant.

Elle questionne sa mère, se fait traduire les textes allemands et part pour Roda arpenter la maison familiale où elle pousse la porte de la chambre aux pommes…

ECHOS DE LA PRESSE

Lire l’article « Invitation au voyage Vers l’Est » dans La Montagne, le 9 juin 2015

Lire la recension « L’odeur du passé » dans Marie France, janvier 2006 :
« Une histoire tendre, sombre et sensible. »

Télécharger
Genre·s
Traduction

Version Originale

Preface

Sans

Postface

Sans

Illustrations
Direction

Sans

PAPIER

26,00

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio SEUL

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Avec le soutien de
Suggestion
de l’éditeur
Votre panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous