Au-dessus des usines, les orgies. Sur la chaise longue au soleil de Chanturgue, avec vue sur les cités et les usines, les mains, faibles, feuillettent un carnet de notations. Les mains sont rouges des raisins noirs. Sur le grand blanc bien plié d’une serviette, où s’appuie sa nuque, un visage presque sans face, une tache noire au creux de la joue. La tête est surmontée, par une dernière coquetterie, d’un petit bonnet voltairien. Les mains lâchent le carnet sur le sol d’herbe jaune. Plus de notations. Sur la colline des orgies, depuis sa chaise longue, le petit bonnet voltairien boit du thé, en quantités infimes. Sur la colline des orgies, il boit du thé en quantités infimes, un œil vers la ville, avec précaution.
D’un lieu l’autre

Romans, nouvelles, récits dont de nombreuses traductions

Panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous