Lettre
à mon père

Collection

Après Je ne parle pas la langue de mon père et L’arabe comme un chant secret, Lettre à mon père est le dernier volet, le plus tendre et le plus violent, de la trilogie autobiographique de Leïla Sebbar.
Pour la première fois, elle ose, outre-mort, une adresse directe à son père Mohamed dont le silence l’a tenue loin de son roman familial, qu’elle écrit dans la langue de sa mère, le français. Sans fin elle l’interroge, et il ne parle guère.
Elle rit, elle pleure, elle tempête. Et elle cherche. Dans ses souvenirs d’enfance, dans les livres et les cartes postales coloniales. Dans les photographies que son père a prises, dans les lettres qu’il a écrites à sa femme depuis la prison pendant la guerre d’Algérie…
L’alchimie de la littérature opère : nous sommes tous, peu ou prou, des exilés du roman familial de nos parents.

Cet ouvrage paraît en même temps que la réédition, préfacée par Marie-Hélène Lafon, du recueil illustré et commenté qui comprend Je ne parle pas la langue de mon père et L’arabe comme un chant secret.

ECHOS DE LA PRESSE

Lire l’article de Richard Godin paru dans Libération le 17 juin 2021.

Lire la recension parue dans La Montagne le 18 juin 2021.

Écouter l’émission « Le Grand Atelier » consacrée à Michelle Perrot et à laquelle Leïla Sebbar était invitée, diffusée le 20 juin 2021 sur France Inter.

Lire l’article d’Albert Bensoussan paru sur le site « En attendant Nadeau » le 23 juin 2021 :
« Au terme de ce beau livre, qui couronne et éclaire toute l’œuvre foisonnante de l’épistolière,
l’héritage et le message de Leïla Sebbar tiennent finalement dans la simple épitaphe de la tombe de sa mère :
L’Occident avec l’Orient pour l’éternité. »

Lire la recension de François Lott parue sur le site de l’Association pour l’autobiographie le 25 juin 2021

Regarder l’interview de Leïla Sebbar sur TV5Monde le 30 juin 2021.

Écouter Leïla Sebbar dans le journal du 4 juillet 2021 sur Radio Orient.

Voir Leïla Sebbar lors d’une rencontre avec Farid Yaker et Rachel Cohen organisée par Forum France Algérie.

Lire la lettre que Nora Aceval a adressé à Leïla Sebbar le 19 juillet 2021 au sujet de cet ouvrage  :
Chère Leila,
Le nombre de fois où j’ai modifié ma lettre ne se compte pas. Je supprime tout et je te dis l’essentiel.
Un ami, pas du genre à céder à ses émotions, me disait au téléphone, la semaine dernière, avoir pleuré en lisant Lettre à mon père. Je l’ai compris, j’avais pleuré aussi. L’émotion va crescendo et les larmes contenues tout au long de la lecture de Lettre à mon père, débordent comme celles d’un oued en crue vers la fin.
Chère Leila, ce texte est un long poème, une longue lamentation pour pleurer ton cher père, comme l’auraient fait les femmes des Hauts Plateaux qui pleurent et évoquent tout en poésie l’être cher disparu. Elles « tiennent leur nez » comme on dit en arabe. Une biographie tendre tout en larme. Dans Lettre à mon père, je t’ai entendue pleurer de cette manière dans la langue de ton père. Les mots sont écrits en français certes mais la lamentation est en arabe. Oui Leila ! cette lamentation, je l’ai entendue en arabe et c’est pourquoi elle m’a plongée dans l’infinie tristesse et le deuil.
Le 21 juin, au moment où je lisais les dernières pages de Lettre à mon père, où tu évoques sa mort loin de son berceau l’Algérie, loin des rituels, un coup de fil m’annonça la mort de ma chère, très chère Haja Zahra Bouchareb, de la tribu des Ouled Sidi Khaled et de la zaouïa de Sidi Bouchareb à Tousnina (Tiaret). Haja Zahra, mon amie porteuse de grande mémoire orale et que je collectais depuis 18 ans, venait de s’éteindre entourée des siens. On m’a envoyé une vidéo où on la voit dans son sommeil éternel entourée de plusieurs talebs, ses neveux, habillés de gandouras blanches et de turbans torsadés, récitant le coran. Tous des lettrés de la zaouïa, ils avaient accouru accompagner leur chère tante pour son dernier voyage. Haja Zahra, la belle, la grande conteuse, tisserande, fut toujours pour ces hommes une autorité, un conseil, une personne respectée. Mes sanglots se sont transformés en lamentation. Le fleuve a dévalé la colline et j’ai « tenu mon nez » en poésie, en arabe, pour mon amie Haja Zahra et pour Mohamed Sebbar. En pleurant, j’ai fait la promesse d’aller en Algérie pour réaliser une cérémonie en la mémoire de Mohamed Sebbar. Il le fallait, c’était évident. Les femmes feront le couscous aux convives et les talebs réciteront le Coran.
Dans Lettre à mon père, tout en pudeur et en profondeur, chère Leila, tu as enfin parlé la langue de ton père. L’oued en cru de ta plume est semblable à celui qui a préservé les écrits de notre chère Isabelle Eberhart. Mohamed Sebbar Allah yarhmou, est là dans nos cœurs et nos prières.

Nora Aceval
PS : Haja Zahra, tu as publié sa photo dans un de tes ouvrages. Dans mes Algéries en France en 2005, il me semble. Je suis loin de chez moi pour vérifier.

Lire l’interview de Leïla Sebbar parue dans Le Soir d’Algérie le 24 juillet 2021.

Voir l’interview de Leïla Sebbar menée par Samia Arhab.

Lire l’article de Jacqueline Brenot paru dans le n°398 du Chélif.

Lire l’article d’Éliane Bedu paru sur le site « Mare nostrum » le 28 septembre 2021.

Lire l’article d’Alain Amato paru dans le n°175 de L’Algérianiste.

Lire l’article paru dans Le Pèlerin le 30 septembre 2021.

Lire la recension de Denise Brahimi parue dans la Lettre culturelle franco-maghrébine #58 de l’association « Coup de soleil en Auvergne-Rhône-Alpes » le 30 septembre 2021.

Lire l’interview de Leïla Sebbar réalisée par Laurent Pfaadt à l’occasion du Festival International de Géographie 2021 parue sur Hebdoscope le 12 octobre 2021.

Lire l’article de Jean-Pierre Castellani paru sur Musanostra le 13 octobre 2021.

Télécharger
Genre·s
Traduction

Version Originale

Preface

Sans

Postface

Sans

Illustrations
Direction

Sans

Numérique

Version epub
Place des libraires

Papier

16,00

Audio seul

Aucune version sonore

Suggestion de l’éditeur

RUBRIQUES

BLEU AUTOUR

38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45

 

SARL au capital de 134 000 €
Siret 349 574 251 00030
APE : 5811Z
TVA : FR 87 349 574 251

Ce site est édité avec le concours de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Création, réalisation & photographies de

Philippe Busser

La lettre

Inscrivez-vous à la lettre d’informations pour recevoir l’actualité des parutions et des rencontres avec les auteurs.

Votre panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous