Le village ne peut pas être plus triste : encaissé, on ne le voit que quand on y est. La commune est très étendue, pour la plus grande part inculte et déserte ; de grandes olivaies justifient son nom. Le monastère, à ce qu’on m’a dit, se trouve loin, vers l’aval. Je fais de longues marches, parfois je m’assois au pied d’un olivier et j’y reste si tranquille que les corbeaux viennent se poser à quelques pas de moi comme si je n’y étais pas. Il y en a des centaines, ils me tiennent compagnie. Dans le fond, des montagnes de roche pelée marquent la limite de la com­mune. Il arrive qu’un nuage les couronne : le rocher et le nuage, la per­manence et l’évanescence. Le nuage passe, mais qu’il est splendide en son aspect changeant à l’heure du coucher ! La roche est toujours la même. Qu’est-ce qui est la roche et qu’est-ce qui est le nuage dans notre vie ? Lequel des deux vaut mieux ? Quelle est la part de nous autres qui doit de­meurer immuable ? Est-il vraiment sûr qu’elle vaille plus que l’autre, celle qui nous fuit à chaque instant ? Ou sommes-nous intégralement des fantômes4, des nuages qui n’ont d’autre espoir que de connaître un moment glorieux, un seul moment, et disparaître ? _Traduction, Gloire incertaine
Marie Bohigas

Traductrice du catalan notamment pour les éditions Tintablava.

RUBRIQUES

BLEU AUTOUR

38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45

 

SARL au capital de 134 000 €
Siret 349 574 251 00030
APE : 5811Z
TVA : FR 87 349 574 251

Ce site est édité avec le concours de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Création, réalisation & photographies de

Philippe Busser

La lettre

Inscrivez-vous à la lettre d’informations pour recevoir l’actualité des parutions et des rencontres avec les auteurs.

Votre panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous