Nous avons vécu. Nous avons mis à part la poésie pour faire contrepoids aux montagnes. Maintenant ? Comme ça ? Dans cette situation ? Les fleurs ne vont pas éclore aux Indes. Notre maître l’Esquimau donnera toutes ses clés Dans la chambre en sécurité, sifflant et riant aux éclats Dans le bien, le bonheur, dans l’ordre respirant tandis que vient l’été, que s’allongent les jours. _J’ai vu la mer
Gülten Akın

Gülten Akın (1933), née à Yozgat (à l’est d’Ankara), suit des études de droit, puis exerce la profession d’avocate, qu’elle abandonne pour suivre son époux, sous-préfet dans différentes régions d’Anatolie, avant de s’établir à Ankara. D’abord influencée par F.H. Dağlarca et Behçet Necatigil, dans L’Oeillet rouge (Kırmızı Karanfil, 1971) elle utilise avec bonheur des tournures de la langue du peuple, ainsi que des formes traditionnelles, lamentations funèbres ou ballades (türkü). Elle assimile aussi, dans L’Épopée de Seyran (Seyran Destanı, 1979), la langue épique de Nâzım Hikmet.

RUBRIQUES

BLEU AUTOUR

38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45

 

SARL au capital de 134 000 €
Siret 349 574 251 00030
APE : 5811Z
TVA : FR 87 349 574 251

Ce site est édité avec le concours de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Création, réalisation & photographies de

Philippe Busser

La lettre

Inscrivez-vous à la lettre d’informations pour recevoir l’actualité des parutions et des rencontres avec les auteurs.

Votre panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous