Constantinople n’attend plus personne dans la cabine d’interprète il y a une femme aux yeux bleus nous parlerions avec d’anciennes voix si nous devions parler. Maintenant langue étroite et obscure. Mon turc intérieur se détricote, à chaque approximation je me défais maille après maille … les pêcheurs de la Mer Noire vont me ramasser je crains qu’on ne lise dans ma paume : plus d’Istanbul pour vous, ni de Constantinople, ni même d’amis Turcs qui aient une icône de Byzance accrochée chez eux…
Genre livre : Poésie
Votre panier
0

Se connecter

Pour accéder aux informations de votre compte, ou en créer un, cliquez sur le bouton ci-dessous